Le RDV bordelais

En 2018, en collaboration avec le rédacteur Bertrand Boucquey, nous avons réalisé une chaine Youtube d'une quinzaine d'épisodes sur le thème des manifestations artistiques bordelaises.

Le RDV Bordelais
Urban Fever : Interview de Speedy Graphito
02:00

Urban Fever : Interview de Speedy Graphito

Speedy Graphito - Urban Fever Exposition La Boétie Exposition du 19 Avril au 15 Juillet 2018 Artiste précurseur d’avant-garde, reconnu comme l’un des pionniers du mouvement « Street’Art « français (Art contemporain urbain), Speedy Graphito s’impose aujourd’hui internationalement comme l’un des artistes majeurs de sa génération. Depuis le début des années 80, juste après la figuration libre, SG imprègne du « Style Graphito « la mémoire collective et les murs de Paris en les colorant de ses graphismes percutants. SG produit de l’Art. Aussi prolifique qu’inventif, SG utilise toutes les formes d’expression - peinture, sculpture, installation, photo ou vidéo, pour créer à travers son oeuvre et au fil des époques un langage universel imprégné de l’air du temps. Élaborées par thèmes, ses expositions se succèdent offrant des univers toujours nouveaux et surprenants. N’ayant de cesse d’évoluer et de se réinventer, sa marque de fabrique est celle d’un art joyeux et profond, aux couleurs souvent vives, dans lequel il bouscule de façon ludique et ironique nos systèmes de perception. Dans cette démarche, il n’hésite pas à s’approprier pour la détourner toute l’imagerie de la culture populaire, des super héros, voire des marques, réalisant ainsi un décryptage quasi-systématique de notre inconscient collectif. Il décline alors en autant d’interrogations les normes et les diktats de notre identité culturelle occidentale, superposant à la réalité de notre société une dimension plus poétique. Lorsque SG use d’un dictionnaire imaginaire personnel précis, et que celui-ci se trouve de manière tangible relié à l’histoire de l’Art, c’est en réalité qu’il est le plus souvent enclin à en fournir les clés. Là, tout un chacun trouvera s’il le souhaite, une bonne raison de poursuivre une quête plus personnelle. Les thèmes de l’enfance et de la mort, depuis toujours largement présents, confèrent aux oeuvres un caractère plus autobiographique, inspirées de ses pérégrinations et de ses voyages intérieurs. Toutes sont une invitation au voyage et à l’éveil. L’oeuvre, dans son ensemble, est celle d’un passeur, marquée de l’empreinte onirique d’un véritable iconoclaste. Réalisation Julien Darblade - www.julien-darblade.com Ecriture : Bertrand Boucquey
Street Color à l'Institut Culturel Bernard Magrez
01:48
Victoria Stagni à la Galerie des nouveaux talents de l'Institut Culturel Bernard Magrez
01:15

Victoria Stagni à la Galerie des nouveaux talents de l'Institut Culturel Bernard Magrez

Jusqu'au 25 mars, la Galerie des Nouveaux Talents de l'Institut Culturel Bernard Magrez vous propose de découvrir le travail de l'artiste peintre argentine Victoria Stagni autour de son exposition « Rêve animal » Une EXPO visible du vendredi au dimanche de 13 h à 18 h Réalisation - Julien Darblade : https://www.juliendarblade.com/ Ecriture, voix off - Bertrand Boucquey Musique - Etienne Rolin Site web de l'institut - https://www.institut-bernard-magrez.com/ Site web de l’artiste : http://www.victoria-stagni.com/fr/ Victoria Stagni fait son apprentissage de la peinture à l'huile chez Pierre Lafage (diplômé des Beaux-arts de Paris et de Bordeaux) au sein de l'Atelier des Beaux-arts de Bordeaux et, parallèlement, installe son atelier chez elle dans le quartier bordelais des Chartrons. Sa peinture figurative oscille entre réalisme et onirisme. Née à Buenos-Aires d'un père paraguayen et d'une mère argentine, elle nourrit son imaginaire des œuvres de grands écrivains d'Amérique latine tels que Gabriel Garcia Marquez ou Alejo Carpentier, où la nature luxuriante tient souvent une place prépondérante. Ce « réalisme magique » lui inspire des toiles figuratives très colorées et lumineuses où l'artiste se représente notamment au sein d'une nature fantasmée, environnée de tout un bestiaire, parfois amical, souvent menaçant. En 2015, Victoria rejoint un collectif d'artistes internationaux « Human Beings, What Unifies Us ? » composé essentiellement de peintres, sculpteurs et photographes cubains, européens et américains. Ce collectif a été créé suite à la réouverture des relations entre les Etats-Unis et Cuba et a pour but de propager la beauté et la paix dans un sentiment de fraternité. En juin 2016, elle participe à l'exposition inaugurale du collectif à la Galerie Ortiz de la ville de Trinidad, à Cuba. Fin 2016, la peintre présente ses œuvres au Marché de Lerme à Bordeaux lors de son exposition individuelle « Rêveries sauvages », un événement organisé avec le soutien de la Mairie de Bordeaux. Suivrons ensuite plusieurs autres expositions bordelaises dont celle organisée à ciel ouvert par Ôboem, une jeune pouce qui œuvre pour le remplacement de l’affichage urbain de publicités par des œuvres d’art.
Thibault Laget-ro à la Galerie Jérôme B.
01:11

Thibault Laget-ro à la Galerie Jérôme B.

le RDV du mois se passe 15 Rue Bouffard à la Galerie Jérôme B., où les peintures de l'artiste Thibault Laget-ro y sont exposées. Réalisation - Julien Darblade : https://www.juliendarblade.com/ Ecriture, voix off - Bertrand Boucquey Musique - Walass - https://soundcloud.com/theo-lasnier Site web de la galerie - http://www.galeriejeromeb.com/ Thibault Laget-Ro J’ai entamé un travail sur la perception de la liberté voilà plusieurs années en m’intéressant au départ à l’idée de processus continu (et non au sentiment de liberté qui définit un état à un moment T). Ce projet visuel cherchait notamment à opposer ceux qui vivaient réellement l’événement et sa violence, à ceux qui y assistaient en différé à plusieurs milliers de kilomètres et dans un grand confort. Pour établir ces parallèles, j’ai travaillé avec de grands reporters de guerre (Patrick Chauvel,..) ou me suis imprégné de leurs reportages écrits, oraux et photographiques (Rémi Ochlik, Camille Lepage, Olivier Voisin, Margaux Berguey, Dimitris Michalakis, Alkis Konstantinidis…) pour confronter la réalité de ces deux mondes. Ce travail m’a amené à aborder le conflit israélo-palestinien, le printemps arabe et surtout la guerre en Syrie avant que celui-ci ne devienne une préoccupation internationale. Cependant, au fil de mes expositions, est apparue une constante : l’exode. Cette fuite pour échapper à la mort est devenue un véritable questionnement en plus de ce que représentait la liberté. J’ai donc tenté à travers une série de toiles de retracer ce périple avant de m’attarder sur l’une des plus périlleuses et redoutées d’entre elles : la traversée de la Méditerranée; ainsi que la confrontation qu’elle provoque sur les côtes européennes entre touristes et réfugiés. Thibault Laget-Ro
Par-Défaut ∫ Julien Fesil à la Galerie MLS
01:24

Par-Défaut ∫ Julien Fesil à la Galerie MLS

Le RDV Bordelais vous présente l'exposition - 404 - «Ici s’irise l’illusion.» de l'artiste Par-Défaut ∫ Julien Fesil à la Galerie MLS, 123 Quai des Chartrons ! Réalisation Julien Darblade - https://www.julien-darblade.com/ Ecriture, Voix off - Bertrand Boucquey Musique - Par-Défaut ∫ Julien Fesil - https://www.pardefautjulienfesil.com/ Site de la Galerie : http://www.galerie-123-mls.com/ L’artiste : Par-Défaut ∫ Julien Fesil est un artiste pluriel fraîchement issu d’une double formation alliant Art Académique et Concept Art. Ses divers projets œuvrent à l’exacerbation d’accointances qui animent les médiums numériques et traditionnels. Explorant au travers de son ouvrage la notion de matière digitale, il s’efforce constamment de ré-interroger le spectateur sur les cultures contemporaines de l’image, du son (souvent alésées grâce au WEB), de même que les techniques, méconnues du grand public, qu’elles emploient. L’exposition : – 4 0 4 – sous-titrée «Ici s’irise l’illusion.» présente l’intégralité des multiples desseins de l’artiste réalisés entre décembre 2015 et décembre 2017. Elle est le parachèvement d’un cycle d’expérimentations, d’un segment de vie. – 4 0 4 – est une page non trouvée, une utopie qu’elle farde mais ne saurait revêtir. De fait, l’exposition explore les pérégrinations artistiques du créateur jonglant entre ses thèmes de réflexions et les divers axiomes esthétiques adoptés. La kyrielle d’œuvres témoigne d’une production plastique diaprée, qui se meut et se modèle, sonde son entendement en quête de vérités. Alors, apercevoir cet horizon est un objectif lorsque toucher terre reste un idéal.